MAIRIE DE LATOUILLE-LENTILLAC
MAIRIE DE LATOUILLE-LENTILLAC

Editorial

Le mot du maire :

« Marche forcée et questionnements»

 

Nous voilà entrés dans la sixième année de nos responsabilités communales. C'est-à-dire qu’on s’achemine vers la fin de ce mandat, avec les modifications importantes qui se sont superposées à sa progression.

 

La loi NOTRE  de 2015 (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) et les choix politiques qui en ont résulté ont apporté une toute autre dimension à la fonction de maire et aux attributions du Conseil municipal, donc à la place de la commune dans le découpage administratif. Comme rappelé dans l’éditorial de l’an dernier, avec la création de la première communauté de communes (Pays de Saint-Céré),  de Cauvaldor 1 en 2015 et de Cauvaldor 2 en 2017, les responsabilités de la Commune dans cette superposition administrative ont bien évolué, comme son rôle et surtout le champ de ses compétences

 

A présent,  la Communauté de communes gère :

Développement économique

Culture et patrimoine

Urbanisme et planification

Gestion de l’eau et des milieux aquatiques

Enfance – jeunesse

Voirie, bâtiments

Social et solidarité

Activités et équipements sportifs

Environnement

Prochainement : eau potable et assainissement (en 2020, au plus 2026)

Autant de commissions attribuées à ces champs de compétences auxquelles il faut ajouter Finances, fiscalité et budget pour la gestion financière de l’ensemble.

La Commune continue à voter son budget, ses taxes locales (du moins celles qui lui restent).

Elle a toujours en charge le cadastre, l’état civil, la police municipale, l’école primaire (quand elle existe encore), les bâtiments et espaces publics ;  les travaux afférents à ceux-ci …

La liste n’est pas exhaustive, mais permet de constater que les fonctions de la  commune s’amenuisent. Gageons qu’elle ne devienne pas qu’une coquille vide.

Et pourtant, plus que jamais, la strate de cette collectivité apparaît indispensable et souhaitée, car plus proche des citoyens.

L’informatique est de plus en plus prégnante et omniprésente.


 

Dans une période de dématérialisation forcenée, dans les milieux périurbains et ruraux  en particulier, l’échelon communal offre une proximité rassurante car il y est encore possible de rencontrer des interlocuteurs et de régler au plus près certains problèmes.

 

 La présence humaine, l’écoute, les conseils et la prise en charge nécessaire pour une population non connectée s’avèrent précieux.  Gardons nous, au nom, de l’infernale progression technologique de laisser aujourd’hui quelques 20% de la population sur le côté.

Il est vrai que les exigences actuelles (aménagement, développement, services, PLU …) nécessitent de grandes structures qui ne peuvent s’envisager qu’au niveau de la Communauté de communes.

En même temps demeure ce besoin ressenti d’une présence à l’échelle communale.

 

Cependant, nombre de nos communes sont trop petites et n’ont aucune possibilité de réaliser quoi que ce soit…

La solution sera peut-être de passer par le travail avec les communes voisines, en fait la création de communes nouvelles. Nous  l’avons plusieurs fois évoqué antérieurement. Depuis 2 ans, en perspective d’élections municipales à venir, les instances supérieures avaient mis le sujet « sous le tapis ». Il va revenir par la grande porte au début du prochain mandat. D’ailleurs, le Président Macron l’a rappelé lors de la réunion des maires à Souillac, le 18 janvier dernier. L’Etat saura utiliser « la carotte et le bâton » pour convaincre, comme il l’a fait pour les grandes communautés.

 

  Par le passé ces fusions se faisaient de manière autoritaire. Ça  n’a pas marché et c’est pour cela qu’on a créé de grandes "intercos" gestionnaires et porteuses de projets politiques.

Cependant, elles ont un problème de légitimité car c’est au maire que les citoyens s’adressent pour leurs problèmes quotidiens.

 

Si l’on sait écouter élus et citoyens pour choisir la taille et leurs partenaires dans ces projets de

Communes nouvelles (comme l’a montré Sousceyrac en Quercy, suivie d’autres …) ce pourrait être une solution future car on garderait la structure communale avec l’efficacité de la proximité et de la solidarité sociale.

 

Restera à garantir la représentativité des ex communes et à lisser une fiscalité collective qui trouve consensus.

 

Cette perspective ne doit pas nous effrayer mais au contraire, nous rassurer. Avec la création d’une commune nouvelle, on fera du "sur mesure". La rédaction d’une charte sera la base de sa création  et la garantie morale de ses engagements.

 

Elle pourrait répondre à certaines questions de structuration du territoire communal.

 

Elle pourrait, avec la volonté des élus communautaires, eux-mêmes en communes nouvelles, reprendre certaines compétences, comme la voirie actuellement mal ressentie au sein de Cauvaldor. A ce niveau là, cette compétence répondrait plus aux attentes d’une commune nouvelle  qu’à la difficile répartition dans une collectivité de 79 communes et 48 000 habitants !

Voilà un sujet premier et intéressant qui attend nos futurs élus.

 

En attendant, notre Commune poursuit sa route, encadrée et parfois frustrée par les exigences  de notre Grande Communauté de communes. Des travaux restent à réaliser, dictés par des obligations de contrôle, de conformité, d’adaptation … Des projets aussi, comme vous pourrez le lire dans les pages suivantes.

Notre conseil municipal s’attachera à demeurer réactif aux problèmes qui émaillent sa marche et  à votre écoute dans la mesure du possible.

 

Comme précédemment, nous poursuivrons dans un climat de respect et de sérénité.

Pour ma part, je tiens à nouveau à remercier toutes celles et tous ceux qui nous apportent compétences et aides pour des actions ponctuelles et les imprévus.

J’adresse aussi de chaleureux remerciements aux associations locales et à toutes les initiatives particulières qui participent à faire vivre et reconnaître notre collectivité.

 

                                                                                                                           Le maire

 

Le PLUi-H intercommunal

 

Cauvaldor s’est fixé une forte ambition en prescrivant un document d’urbanisme exceptionnel sur l’ensemble de son territoire.

Ce PLU sera doté d’un volet Habitat.

Il sera remarquable à plusieurs titres. D’abord par le nombre de communes concernées (79) et aussi par le caractère rural et

multi polaire de notre territoire (plusieurs petites villes ; pas de grande ville centre) Cette coopération entre les communes devrait permettre de penser l’aménagement de l’espace à une échelle globale, dépassant le seul périmètre de la commune. IL va remplacer tous les documents d’urbanisme existants.

 

 

L’originalité de sa gouvernance va résider dans le fait d’associer les conseils municipaux à l’élaboration de ce document. 158 ateliers de travail avec les communes sont programmés.                     

 L’enjeu : construire ensemble un projet d’urbanisme cohérent, sans priver les communes de leur part de souveraineté. Un projet complexe dans sa réalisation mais pour une finalité simple, puisqu’il s’agit de répondre aux grands défis qui s’annoncent :

  • Accueillir la population  
  • Engager le territoire dans la transition énergétique
  • Susciter l’activité économique
  • Préserver agriculture et paysages                                                                                         
  •  En résumé, bâtir un urbanisme exemplaire et contemporain pour conserver l’attractivité de notre territoire.

 

 

                                                

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© MAIRIE DE LATOUILLE-LENTILLAC